Condividi: Ok Notizie Technorati Virgilio Facebook
Mail Tg0+Scrivi alla redazione di Tg0-positivo

Macrolibrarsi.it presenta il LIBRO: Scopri il Segreto della Guarigione di Joachim Faulstich

Dice il saggio ...
Dopo tutto c'è soltanto una razza: l'umanità (G.Moore)

Altri link utili nelle seguenti categorie di Tg0-positivo:
Tu sei unico » Arte » Musica

La libreria di Tg0-positivo - Cerca tutti i libri che vuoi e altri prodotti originali a prezzi speciali su Macrolibrarsi
  • Nexus New Times n. 95 - Dicembre 2011/Gennaio 2012

  • Au Venezuela, la musique montre la voie

    Au Venezuela, la musique montre la voie

    Le Système est une source d'inspiration, en premier lieu en Amérique latine et dans les Caraïbes

    Du haut de ses 7 ans, Aireen s'applique à faire jaillir les notes de son violoncelle. Debout, l'oeil vissé sur la partition, elle reprend inlassablement un passage du Te Deum de Charpentier. Amilcar, son jeune professeur, la guide gentiment : "La, sol, la. Un, deux, trois. (...) Recommence... Concentre-toi... Ne pense à rien d'autre." L'archet glisse, et glisse encore, sur les cordes, remplissant d'harmonie la petite pièce sans fenêtre où Aireen, Miguel, Zacari et Rosa pratiquent le solfège.

    Dans une grande salle voisine, une centaine d'enfants et d'adolescents, accompagnés d'un pianiste, chantent avec verve, sous le regard de Beethoven, Liszt et Mendelssohn, dont les portraits géants ornent les murs. Plus loin, sous la direction d'Alejandro, 21 ans, l'orchestre au grand complet - une centaine d'interprètes - joue un concerto de Telemann, puis l'Alma llanera, une sorte d'hymne traditionnel du Venezuela. En cet après-midi de juin, dans le quartier populaire de Las Mayas, près de l'hippodrome de Caracas, le collège Foi et gaieté se transforme, comme chaque jour, en école de musique. Un bâtiment abrite le "noyau" de La Rinconada, l'un des 154 centres d'apprentissage musical appartenant au Système, le réseau des orchestres d'enfants et de jeunes fondé en 1975 par le compositeur José Antonio Abreu.

    Par son ampleur, son ambition et sa réussite éclatante, le Système est une expérience artistique et sociale sans doute sans équivalent dans le monde. Son fondateur et actuel directeur lui assigna d'emblée trois grands objectifs. D'abord, aider les enfants les plus pauvres à sortir de l'exclusion. Le réseau orchestral, ouvert, accueillant et chaleureux, contribue au développement communautaire et à la transformation de la société. Il joue souvent le rôle d'une famille de substitution.

    Il s'agit ensuite, grâce à la pratique musicale, d'inculquer aux jeunes un ensemble de "valeurs nobles" : rigueur, discipline, maîtrise de soi, humilité, sens du partage et du travail en équipe. Autant de qualités qui les aideront à construire leur personnalité. Troisième objectif : leur apporter une initiation esthétique, leur "élever l'âme".

    La Rinconada est l'un des plus anciens "noyaux" du Système. Le directeur, Eugenio Carreno, est clarinettiste. Dans son petit bureau, il raconte avec fierté que son école a inventé la méthode d'apprentissage adoptée par tout le réseau : "l'orchestre de papier". Pendant leurs premiers mois d'étude, les enfants manipulent de faux instruments en carton, soigneusement confectionnés, pour acquérir les bonnes positions du corps et apprivoiser rythmes et sons.

    Relation affective

    Chaque apprenti musicien reçoit ensuite gratuitement son instrument. Il en devient totalement responsable. Très vite, doué ou non, il entre dans un orchestre et participe à des concerts. Le souci d'intégration prime sur la préoccupation artistique. La joie de jouer et la relation affective avec le groupe soudent les équipes. "Nous ne cherchons pas à constituer les meilleurs orchestres mais à former le maximum d'enfants", souligne Eugenio Carreno. Dès l'origine, le Système a noué des liens étroits avec le réseau scolaire. Le matin, il assure l'enseignement musical dans les écoles ; l'après-midi, il accueille les élèves âgés de 2 à 18 ans, désireux de suivre des cours individuels ou collectifs, à raison de deux à quatre heures par jour, sans compter les séances de rattrapage, un week-end sur deux.

    Tout est fait pour encourager les jeunes musiciens. Ils sont transportés et nourris gratuitement. Il est fréquent de les voir dans les autobus ou le métro de Caracas, vêtus de leur tee-shirt bleu marine frappé de l'écusson du Système, et accompagnés de leur instrument. Certains enfants habitent au fin fond des barrios, les bidonvilles de la capitale, à une ou deux heures de marche.

    A La Rinconada, 1 400 jeunes suivent les cours de 70 professeurs permanents, dont beaucoup sont d'anciens élèves du "noyau". Au total, le Système mobilise, dans les 24 provinces du pays, quelque 3 000 enseignants au service de 270 000 élèves. En trente-trois ans, 1 million d'enfants ont bénéficié du réseau. La grande majorité vient d'un milieu pauvre, où sévissent la délinquance, l'alcoolisme, la drogue, et où ils souffrent d'une absence d'identité. L'orchestre leur permet de se trouver, et de se prouver, à leurs yeux et aux yeux des autres.

    Un "monde magique"

    Eugenio Carreno s'amuse d'entendre un élève affirmer, un rien hâbleur : "Ici, nous fonçons droit devant nous, comme des éléphants", et s'émeut qu'un autre annonce vouloir, grâce à la musique, "améliorer l'existence" de sa famille. Maribel Pinango est la mère de deux enfants musiciens, Lenny et Marian. Elle raconte avec fierté comment ils "luttent avec des notes" contre une réalité qui "menace de nous noyer" : "L'orchestre, dit-elle, nous offre une évasion vers un monde magique où la violence n'existera jamais."

    Entre 60 % et 70 % des élèves de La Rinconada deviennent musiciens professionnels. Ils enseignent aux quatre coins du pays, animent des formations classiques ou des groupes de jazz. Les meilleurs intègrent l'Orchestre de jeunes Simon Bolivar, sous la conduite du plus doué d'entre eux, Gustavo Dudamel, 27 ans. Ce jeune prodige, fougueux et enthousiaste, prendra en septembre 2009 la direction musicale de l'Orchestre philharmonique de Los Angeles. Il sera le plus jeune titulaire de ce poste.

    Certains musiciens ont pu vivre, grâce au Système, une véritable rédemption. Le clarinettiste Lennar Acosta avait été, dans son adolescence, emprisonné neuf fois pour vol à main armée et trafic de drogue. Le violoncelliste Miguel Nino passait, enfant, ses journées dans les rues. Edicson Ruiz travaillait comme manoeuvre dans un supermarché avant d'apprendre la contrebasse et de devenir en 2002, à 17 ans, le plus jeune membre de l'Orchestre philharmonique de Berlin.

    Le Système est une source d'inspiration, en premier lieu en Amérique latine et dans les Caraïbes. Vingt-trois pays de la région sont en train d'imiter l'exemple vénézuélien. Un orchestre ibéro-américain est en formation avec l'Espagne et le Portugal. Des programmes similaires sont lancés en Italie, en Ecosse. José Antonio Abreu collectionne les prix et les récompenses. Parmi les nombreux hommages qui lui sont rendus, on retiendra celui de Gustavo Dudamel. Il appelle son ancien maître "l'homme à l'âme infinie".

    Jean-Pierre Langellier

    Article paru dans l'édition du 19.07.08, www.lemonde.fr

    (23/07/2008 Tg0-positivo)